Cet article vise à éclairer la question dans le titre en faisant appel aux références institutionnelles dans lesquelles des éléments de réponse sont apportés. 

Réponse commune à toutes les disciplines.

En 2010, la FESeC a publié un document qui rappelle les principales balises pour l’évaluation.

Le document ci-dessous est directement accessible sur le site du SeGEC.

Télécharger (PDF, 88KB)

On retiendra notamment que l’évaluation repose sur des apprentissages réalisés de manière explicite: la mobilisation des ressources est évaluée dans le cadre de situations entrainées en classe. L’évaluation n’est donc jamais une surprise pour l’élève.

Réponse apportée à travers le programme d’EDM

Télécharger (PDF, 565KB)

Le programme d’EDM, accessible directement sur le site du SeGEC précise, à la page 16, que les compétences transversales énoncées sont évaluées uniquement à titre formatif.

La certification portera uniquement sur les ressources disciplinaires qui sont mobilisées pour réaliser des tâches.

En effet, l’évaluation à valeur certificative ne se fonde pas sur la pratique des compétences elles-mêmes, mais bien sur la maitrise des ressources indispensables aux trois compétences“.

Cette précision renvoie également au chapitre IV – Comment évaluer? Que faut-il évaluer?

On peut y lire, dans la 2e puce de “Comment prendre la décision certificative de réussite ou d’échec en fin d’année?…

“L’évaluation certificative porte sur les ressources (savoirs et savoir-faire, y compris – pour une part – la restitution de certains savoirs. Ces ressources sont évaluées dans le cadre d’une tâche complexe.”

Les savoirs et savoir-faire à mettre en place (et à évaluer à des moments choisis par les écoles) sont précisés dans les deux colonnes de droite du parcours (séquences). Une vue d’ensemble de ces ressources est proposée aux pages 10 à 14 du programme.

Réponse apportée à travers les outils d’évaluation du réseau

Depuis plusieurs années, une équipe de professeurs et de conseillers pédagogiques publie des exemples d’évaluations de fin d’année et de degré en EDM.

En vue de préparer au  CE1D en histoire et en géographie (ce à quoi le cours d’EDM prépare), cette équipe est particulièrement attentive à ce que ces évaluations soient en adéquation avec le prescrit communiqué dans les socles de compétences.

socles_competences_eveil

Télécharger (PDF, Inconnu)

.

Ces évaluations sont téléchargeables à l’aide du lien “Télécharger des outils pédagogiques” dans la partie de gauche du portail.

Ces évaluations proposent une autre vue de synthèse des ressources à maitriser qui est illustrée dans les tableaux synoptiques des acquis d’apprentissages prévus dans les socles de compétences.

Télécharger (PDF, Inconnu)

C’est sur base de ces tableaux que les indicateurs de réussite sont identifiés et que la communication des résultats est réalisée.

Comme il n’est pas possible de connaitre les entrainements spécifiques réalisés dans toutes les écoles, ces outils fournissent des indicateurs de réussite qui doivent permettre à chaque enseignant de tenir compte des situations d’apprentissage propres à leurs classes. En dehors des savoirs restitués de manière déclarative, ces indicateurs ne donnent donc pas LA bonne réponse mais guident l’enseignant pour qu’il puisse construire sa propre grille en tenant compte des apprentissages qu’il a mis en place.

Réponse apportée par chaque école

Chaque établissement scolaire a la liberté de communiquer les résultats selon des modalités propres. Elle prend les mesures nécessaires pour informer les élèves et les parents de ces modalités en début d’année.

Certains préfèreront utiliser les intitulés des capacités transversales pour communiquer (page 16 du programme). D’autres organiseront la communication sur base des savoirs et savoir-faire disciplinaires (voir tableaux synoptiques ci-dessus).

Quelles que soient ces modalités, les acquis d’apprentissages évalués doivent êtres ceux qui figurent dans les ressources du programme (et des socles de compétences).

Les difficultés

Le terme « compétence » a été mis à toutes les sauces.

Aptitude à mettre en œuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d’attitudes permettant d’accomplir un certain nombre de tâches. (Décret « Missions »)

La lecture des socles de compétences n’aide pas nécessairement à la compréhension de cette notion puisque les intitulés des savoirs et savoir-faire peuvent être lus comme des mises en œuvre de savoirs (p.ex. repères spatiaux) et SF (p.ex. lecture d’une carte) pour accomplir une tâche :

  • Utiliser des repères spatiaux ou temporels… pour se situer ou situer des faits dans l’espace ou le temps
  • Utiliser des représentations du temps pour situer des faits dans le temps (les remettre dans un contexte historique qui les rend compréhensibles)

L’intitulé des compétences et leur contenu.

Compétence 1 du programme

L’élève recherche dans différentes sources des informations utiles pour comprendre le mode de vie étudié.

Intitulé 1 des épreuves externes

Savoir-faire géographique

Ces énoncés peuvent regrouper des apprentissages différents, aucun ne suffit à communiquer ce que cela suppose en termes d’acquis d’apprentissage.

Ce constat impose de se tourner vers les acquis d’apprentissage.

Les acquis d’apprentissage en EDM

  • Quels sont-ils ?
  • Est-il possible d’en avoir une vision commune (socle/programme/enseignant/élèves/parents) ?
  • Quelle est la place des différentes séquences ?
  • Est-il possible de communiquer leur niveau d’acquisition via un bulletin ?

Que sont les acquis d’apprentissage

Les acquis d’apprentissage en EDM sont organisés autour de deux disciplines : l’histoire et la géographie.

Ils sont précisés dans les socles (voir tableaux synoptiques) :

  • Les savoir-faire communs aux deux disciplines (p 76) repris sous l’intitulé « compétences communes » dans le tableau de synthèse.
  • Les savoir-faire et savoirs spécifiques à la formation historique (p.80)
  • Les savoir-faire et savoirs spécifiques à la formation géographique (p.84)

Ils sont précisés dans le programme (p.9) dans « Que faut-il faire apprendre ? Des ressources et des compétences »

  • Les savoir-faire et savoirs spécifiques aux deux disciplines sont repris sous l’intitulé « Des ressources » (pp.10 à 15)
  • Les compétences identifiées comme servant de cadre pour la mobilisation des ressources sont – L’élève recherche des informations… – L’élève exploite l’information… – L’élève communique les informations…

Il est à noter que les savoir-faire communs aux deux disciplines donnent des pistes qui permettront d’intégrer les apprentissages à travers plusieurs disciplines. Leur lecture impose de replacer les savoirs et savoir-faire disciplinaires dans les bonnes cases. En effet, une même rubrique disciplinaire peut se trouver à différents endroits (la capacité à lire une carte se trouvera tant dans lire une carte et un plan (2.3.2) que dans « confronter et organiser des informations » (2.4) si une carte se trouve dans ces informations que dans « utiliser un instrument de travail » (2.3).

Une vision commune ?

La dernière remarque permet de comprendre que ces « savoir-faire communs » ou « compétences communes » constituent une autre manière de lire ce qui sera appris au niveau disciplinaire. Cette lecture se situe à un niveau supérieur à l’image du sommet d’une pyramide. Le programme demande donc de s’appuyer sur la construction de trois pyramides dont les blocs sont les savoirs et les savoir-faire disciplinaires.

La place des séquences du parcours d’apprentissage

De la page 21 à 38, le programme définit un parcours à travers lequel les apprentissages seront mis en place. Le choix a été fait de les organiser sur base des modes de vie. Si ce choix peut être discuté, il faut toutefois le lire pour ce qu’il est : un parcours pour mettre en place des apprentissages. Il n’est donc pas question de définir les modes de vie comme LES acquis d’apprentissage.

Communiquer le niveau des acquis à travers le bulletin

Exemple à travers les intitulés des évaluations externes

  • Savoirs
  • Savoir-faire
  • Exercice des compétences

Soit

  • les savoirs et savoir-faire sont des éléments déclaratifs et des procédures (citer et localiser des repères temporels et spatiaux et lire une carte et un ligne du temps p.exe.)
  • les compétences sont des situations de mobilisation des S et SF : décrire un espace à une échelle donnée en utilisant les repères pertinents, le vocabulaire adéquat et tous les éléments constitutifs d’une carte.

Soit

  • les savoirs et savoir-faire sont compris comme les éléments des socles (compétences de l’exemple ci-dessus) et les savoirs déclaratifs et les SF constituent une proportion définie de la certification ;
  • les compétences sont comprises comme des situations complexes qui font appel à ces s et SF disciplinaire (par exemple, expliquer le déclin d’un centre-ville ou un phénomène d’exode rural.

Exemple à travers les intitulés des compétences

  • rechercher des informations…
  • exploiter l’information…
  • communiquer les informations…

Quels sont les apprentissages associés à ces intitulés ?

 

Conclusion

On pourrait multiplier les exemples d’intitulés dans le bulletin et à chaque fois, les mêmes questions seront posées et la même réponse sera apportée: les intitulés sont pertinents si les acquis d’apprentissage associés à ces intitulés sont explicitement identifiés et communément partagés.

Il n’y a donc pas UNE manière pertinente d’exprimer le niveau des acquis d’apprentissage dans un bulletin. Il y a UNE manière cohérente de construire un dispositif de communication.

L’utilisation des tableaux synoptiques des acquis d’apprentissage en EDM peut aider à construire ce dispositif.